Mettre en place des élections professionnelles – CSE

Mettre en place des élections professionnelles – CSE – au sein de son organisation est une obligation légale.
Il s’agit d’une belle opportunité pour renforcer le dialogue et la proximité entre les collaborateurs, les managers et les dirigeants !
Nous vous livrons dans cet article, les conseils d’une de nos Directrices des Ressources Humaines à Temps Partagé Augmenté quant à la mise en place d’élections professionnelles dans votre entreprise.

Papier administratif

En prenant mes fonctions de DRH à Temps Partagé Augmenté dans le cadre d’une nouvelle mission, je me suis rapidement rendu compte que l’entreprise dans laquelle je venais d’arriver n’avait jamais organisée d’élections professionnelles, malgré les effectifs requis pour le faire.

Il est vrai que cette taille d’entreprise (moins de 30 personnes) peut laisser penser que la proximité entre les collaborateurs est telle que les sujets sont traités au fur et à mesure.

Quoi qu’il en soit, ces élections professionnelles sont une obligation légale, d’autant que les pouvoirs publics sont vigilants sur le sujet depuis la mise en place du CSE (comité social et économique) qui a remplacé les Délégués du Personnel et le Comité d’entreprise ; et cela sans parler du fait que l’absence de représentation du personnel peut être un frein quand il s’agit de négocier un accord d’entreprise.

 

Pourquoi mettre en place des élections professionnelles et comment les amorcer ?

L’organisation de ces élections professionnelles suit un calendrier précis, encadré par les dispositions légales  : invitation des organisations syndicales à négocier, information des salariés, rédaction d’un protocole électoral, appel à candidatures, organisation du scrutin, du bureau de vote.

Il s’agit tout d’abord de convaincre le dirigeant de l’entreprise tout au long de ce parcours électoral. Dans ce cas précis, nous avons été aidés par notre actualité interne. A savoir sans élections professionnelles, (qu’il y ait ou non des élus) l’accord d’intéressement n’a pas pu être validé et nous avons dû reporter ce projet à l’année prochaine, une fois régularisées nos obligations sur le sujet.

L’intérêt de ces élections est donc devenu une évidence. Plutôt qu’un obstacle, il s’agit de prendre le temps d’expliquer en quoi consistent ces élections et l’intérêt d’avoir des représentants du personnel au sein de l’entreprise. Côté collaborateurs. Le DRH doit être pédagogue, aussi bien envers le dirigeant que les collaborateurs, expliquer les étapes et répondre à toutes les questions posées.

Quelles sont les étapes  clés pour la mise en place d’élections professionnelles ?

Le sujet n’est pas aussi simple qu’il y paraît. En pratique, pour commencer, il faut mettre en place toute la « logistique » inhérente à ces élections : bureau de vote, liste électorale, vote par correspondance (selon l’activité des salariés)… La prochaine étape est d’accompagner le dirigeant dans l’animation des réunions mensuelles ainsi que les nouveaux représentants du personnel (qui peuvent être novices sur le sujet).

Voyons le bon côté des choses  : les élections professionnelles peuvent être une autre façon de prolonger un dialogue de proximité au sein de l’entreprise ! C’est un axe que nous avons travaillé avec le dirigeant et ses relais managériaux pour avoir tous le même discours.

En tant que DRH à temps partagé, j’ai organisé mon planning de présence au sein de l’entreprise de sorte à être présente pendant les étapes clés des élections et j’ai pu rédiger plusieurs communications sous le format « questions / réponses » afin d’expliquer la méthodologie de ces élections. Cela a été l’occasion d’échanger avec tous les collaborateurs et de mieux les connaître.

Pourquoi est-il si important de définir et piloter ses processus RH ?
Les 8 bénéfices de l’externalisation RH pour les PME